Endorphine

Sommaire

Appelée aussi "hormone du bonheur", l'endorphine combine différentes propriétés encore assez mystérieuses. Les endorphines sont aujourd’hui de plus en plus connues du grand public, aussi et surtout car elles sont source de plaisir.

Libérées en grande quantité, elles peuvent provoquer un état d'euphorie, d'extase ou encore d'hallucination. Tour à tour antalgique ou euphorique, anxiolytique ou anti-fatigue, quel est le réel effet de cette hormone pleine de promesses ?

Qu'est ce que l'endorphine ?

L'endorphine (ou les endorphines) est une hormone secrétée au niveau du cerveau par l'hypophyse et l'hypothalamus, particulièrement dans les situations de stress physique ; stress psychologique ou activité sportive supérieure à 30 minutes.

Précision : sa composition d'"opioïde" en fait une substance à l'action comparable aux opiacées, tels que la morphine.

C'est cette substance, une hormone naturelle et endogène (produite par l'organisme) qui, une fois libérée dans l'organisme, agit comme un anxiolytique ou un euphorisant. L’action de ce neurotransmetteur se concentre surtout dans l’ensemble des 3 structures nerveuses incluses dans le crâne (cerveau, cervelet et tronc cérébral).

On trouve également des récepteurs à endorphines dans la peau, les intestins et le cœur.

Bon à savoir : la ß-endorphine est la molécule d’endorphine la plus commune chez l’homme. Elle est composée d'une chaîne de 31 acides aminés.

À quoi sert l'endorphine ?

Les endorphines ont plusieurs actions bénéfiques sur l'organisme, parmi lesquelles :

  • Un pouvoir antalgique : elles agissent de façon identique à la morphine en se fixant sur des récepteurs spécifiques qui bloquent la transmission des signaux douloureux et réduisent la sensation de douleur.
  • Un effet anxiolytique : en réduisant le stress de façon conséquente, notamment par le contrôle de la respiration, pouvant provoquer le sommeil. Ce rôle antidépresseur est commun avec celui de la sérotonine.
  • Le contrôle du transit gastro-intestinal : grâce aux récepteurs situés dans les intestins, la libération d'endorphines a un effet bénéfique sur le transit intestinal.

À l'instar de l'action de l'adrénaline, plus les situations seront stressantes ou physiquement difficiles (comme lors d'un effort physique intense) et plus la production d'endorphines s'intensifiera, afin de permettre à l'organisme de garder son équilibre et son bien-être.

Bon à savoir : les sensations ressenties grâce à la libération d'endorphines peuvent être rapprochées de celles ressenties après une prise de drogue, sauf que celles-ci sont bénéfiques à l'organisme.

Quand sécrète-t-on de l'endorphine ?

Les premiers effets des endorphines apparaissent après une trentaine de minutes de sport. Ils concernent tous les sports, et pas uniquement l’endurance. Les effets s'observent même après 30 minutes de musculation par exemple.

La production d'endorphines est plus importante lors d’une séance de sport très intensive. Plus l’entraînement est physiquement difficile, plus la sécrétion s’intensifie et plus vous sentirez les effets de "l’hormone du bonheur". Elle atteint 5 fois les valeurs de repos, 30 à 45 minutes après l'arrêt de l'effort.

À noter : il n'existe aucune contre-indication à la libération d'endorphines étant donné que celle-ci est endogène (produite par l'organisme).

De plus, les endorphines ne créent aucun effet de dépendance physique, comme c'est le cas avec la morphine ; on parlera plutôt d'addiction psychologique, comme celle que l'on peut observer dans le cas de la course à pieds ou chez les marathoniens.

Ces pros peuvent vous aider